« Toutes les sciences sont liées. Ainsi, en tant que géologue, je me sers de connaissances acquises par les astronomes, les mathématiciens et les physiciens pour arriver à mon but. »

Les chercheurs

Mathieu MARTINEZ

Université de Bourgogne
Géologie

Des cycles astronomiques enregistrés dans les roches

Mathieu MARTINEZ est jeune chercheur en géologie au laboratoire Biogéosciences.

L’équipe dans laquelle il est intégré* étudie les changements climatiques dans le passé. Mathieu étudie les roches sédimentaires qui se sont déposées au fond des océans, pour retrouver les changements climatiques anciens. Il s’intéresse plus particulièrement à l’impact des phénomènes astronomiques sur le climat.

Le Soleil, principale source de chaleur sur Terre, a un rôle fondamental sur le climat. En réchauffant l’atmosphère et les océans, il contrôle leurs mouvements. Mais la répartition de l’énergie solaire n’a pas toujours été la même au fil des millénaires, car elle dépend de la manière dont la Terre a tourné et tourne encore autour du Soleil. En effet, en étant plus ou moins éloignée du Soleil ou en étant plus ou moins inclinée, la Terre ne reçoit pas la même quantité d’énergie l’été ou l’hiver. Ces phénomènes astronomiques ont donc été à l’origine de changements climatiques importants tout au long de l’histoire de la Terre.

Dans sa recherche, Mathieu s’intéresse à la durée d’événements climatiques anciens (réchauffements, refroidissements) datant d’environ 130 à 140 millions d’années.

Mais comment avoir des informations sur des événements qui se sont produits il y a des centaines de millions d’années ?

Les chercheurs savent que les phénomènes astronomiques se répètent avec la même durée (20 000, 40 000 et 100 000 ans). On dit qu’ils forment des cycles astronomiques. Mathieu est capable de retrouver ces cycles dans les sédiments, ces roches qui se sont déposées au fond des océans au fil du temps. En effet à chaque cycle correspond un changement climatique important. Or à chaque changement climatique, la nature des roches sédimentaires change. Par exemple en mer profonde, les cycles astronomiques sont responsables d’alternances entre des argiles et des calcaires. À tel point qu’on peut aujourd’hui retrouver la trace de ces cycles astronomiques (et donc du climat) dans les roches, un peu comme si celles-ci les avaient « enregistrés ». Ainsi en comptant le nombre de répétitions de cycles dans les roches sédimentaires, Mathieu et ses collègues géologues peuvent en déduire les durées des événements climatiques à l’époque qui les intéresse.

* Équipe Systèmes, Environnements et Dynamique Sédimentaire

Objectifs
  • Calculer les durées des événements climatiques anciens permettra de calculer les durées de périodes géologiques encore très mal connues des géologues.
  • Mieux comprendre le rôle des phénomènes astronomiques sur le climat et les courants océaniques.
Ateliers

Date de début à l'Experimentarium : décembre 2010