« Mes recherches portent sur la façon dont le réchauffement climatique pourrait perturber les communautés de micro insectes aquatiques qui se développent dans les réservoirs d’eau de pluie que sont les plantes de la famille des broméliacées.»

Les chercheurs

Olivier Dézerald

Guyane
Sciences de la vie et de la terre
Biologie

Olivier DÉZERALD est un jeune chercheur en deuxième année de thèse à Kourou*. Son équipe de recherche travaille sur l’écologie des communautés, une discipline s'intéressant aux interactions  entre espèces au sein d’un environnement donné.  Il étudie les communautés d’insectes aquatiques vivant dans les broméliacées, une famille de plantes d’Amérique du sud dont les feuilles forment, à leur base, de petits réservoirs ou s’accumule l’eau de pluie.

* UMR 0745 EcoFoG : Ecologie des Forêts de Guyane

Les broméliacées vivent au sol ou fixées sur les branches des arbres. Elles tirent les éléments nutritifs des débris tombés dans  l’eau des réservoirs.

Toute une communauté d’insectes aquatiques et d’autres organismes se développent dans l’eau de ces micro-mares, enrichies par les débris végétaux tombant de la canopée. Les larves de nombreuses espèces d’insectes - en particulier des diptères (dont divers moustiques) - se nourrissent des micro-organismes vivant sur les débris végétaux ; elles sont elles-mêmes mangées par des larves carnivores d’autres insectes, comme les libellules. Des vertébrés (grenouilles, serpents) profitent également de ces micro-habitats aquatiques pour se nourrir, s’abriter et se reproduire.

Olivier prélève, trie, identifie et compte les  insectes vivant dans les broméliacées. Il documente leur cycle de vie afin de comprendre comment fonctionne cette communauté. Il expérimente ensuite en milieu naturel en créant des perturbations, par exemple une sécheresse artificielle.

Il couvre les broméliacées de bâches pour empêcher la pluie de remplir leurs réservoirs et observe l’évolution des populations. Il se rend régulièrement en forêt, près du barrage de Petit Saut, pour suivre l’évolution de centaines de microréservoirs. Les données sont ensuite traitées en laboratoire. Ses  remiers résultats montrent une forte stabilité et une grande résistance de ces micro-écosystèmes face à la sécheresse.


En fonction de ses résultats de recherche, l’étude des communautés d’insectes dans  les broméliacées pourrait être utilisée pour évaluer l’impact de perturbations climatiques au niveau local.

 

 

Microcosmes dans les broméliacées

Objectifs
  • Contribuer à un inventaire de la biodiversité de la microfaune aquatique en Guyane
  • Comprendre les relations entre les micro-organismes aquatiques qui se développent dans les réservoirs d’eau de pluie d’une famille de plantes communes : les broméliacées
  • Etudier la réaction de ces microcosmes aquatiques lorsqu’ils sont perturbés par une sécheresse et se reconstituent au retour de la pluie