« Lutter dans la poursuite d'une passion est beaucoup plus facile et satisfaisant que de se contenter des choix les plus simples. »

Les chercheurs

Alex Salas-Lopez

Guyane
Sciences de la vie et de la terre
Biologie

Des fourmis et des hommes en Guyane

Alex SALAS-LOPEZ est jeune chercheur, en 2ème année de thèse à Kourou *. Il  étudie l’impact des activités humaines sur la diversité des espèces de fourmis et leurs rôles dans l’environnement. Il s’intéresse aux insectes depuis son enfance. Après un bac scientifique et 5 ans d’études en  Espagne, il devient ingénieur des forêts, chargé de leur exploitation et de leur conservation. Son intérêt pour l’entomologie ne faiblit pas et il reprend 2 ans d’études en France pour obtenir un Master en écologie. Il décide de faire de sa passion son métier et s’installe en Guyane pour devenir "myrmécologue" (spécialiste des fourmis)… au paradis des fourmis !

* UMR 0746 EcoFoG : Laboratoire de biologie des interactions

Alex travaille en forêt amazonienne et dans des  lieux affectés par la présence de l'humain (jardins, pelouses…). Il attire toutes les fourmis des environs avec différents types de nourriture : graines, insectes, excréments d’oiseaux... Ceci lui permet de faire la liste des espèces de fourmis capturées dans chaque type de milieu,
d’étudier les préférences alimentaires de chaque espèce et son rôle dans le milieu où elle vit : agriculteur, prédateur, nettoyeur… Alex repère aussi les endroits où les différentes espèces construisent leurs fourmilières (au sol, dans les palmiers poubelles ou le bois mort…) pour comprendre ce dont elles ont besoin pour le faire
(brindilles, feuilles, ombre, soleil…).

Pour identifier les espèces de fourmis capturées et connaître le rôle qu’elles jouent dans leur  habitat, il repère leurs caractéristiques morphologiques en observant au laboratoire la  forme de leurs corps, de leurs mandibules, leurs têtes, de leurs antennes, de leurs pattes… . Dans la nature, chaque organisme a un rôle précis nécessitant les bons outils: le jaguar a des griffes  pour chasser, le paresseux de long bras pour grimper. Les espèces de fourmis ont aussi développé des caractéristiques adaptées à ce qu’elles font et à leur habitat !

On estime aujourd'hui que plus de 1 000 espèces de  fourmis sont présentes en Guyane. Alex constate que la diversité d’espèces de fourmi en forêt est beaucoup plus élevée qu’en ville. Il observe en forêt  près de 50 espèces différentes sur une surface égale à celle d’un terrain de foot. Les zones perturbées par l’humain présentent un nombre d'espèces de fourmis bien plus faible : seulement une dizaine d’espèces de fourmis différentes sur la pelouse coupée d’un terrain de foot ! Alex observe aussi en forêt une forte diversité de tailles des fourmis (entre 1 mm et 3cm) ; de leurs formes (fines, dodues, poilues...) ; de leurs nids (feuilles, bois mort, sol, arbres,  plantes, jardins de fourmis...).

En ville au contraire, la majorité des fourmis sont petites, et leur nids sont simples et terrestres, voire opportunistes : elles sont capables de nidifier dans toute cavité, comme par exemple une prise électrique ou un troudans l'écorce d’un arbre. Mais l'activité et l’abondance des fourmis ne diminuent pas en présence des humains : leurs  exploitation des ressources alimentaires est comparable dans les forêts et dans les villes. La  même quantité de nourriture est consommée en ville par un plus petit nombre d’espèces de fourmis, chacune plus abondante et active que les nombreuses espèces observées en forêt sans impact humain.

Alex constate en effet que les quelques espèces présentes dans les pelouses et plantations sont moins exigeantes que les fourmis en forêt qui peuvent choisir ce qu’elles mangent : pour satisfaire leurs besoins avec ce qu’elles trouvent, les fourmis des villes mangent tout et n’importe quoi !

L’étude des comportements alimentaires des fourmis montre que même si certaines fourmis sont des ravageurs des cultures ou peuvent avoir des effets gênants pour les humains, d’autres peuvent être utiles. Comparer différents habitats et les espèces de fourmis présentes démontre qu'augmenter la couverture végétale, par exemple dans les jardins, entraîne la diminution voire la disparition de certaines espèces gênantes pour les humains, telles que les fourmis de feu ou fourmis rouges. D'autres espèces utiles vont occuper leur place. Il s'agit d’espèces parfois intéressantes, par leur contribution au nettoyage ou leur comportement de prédateur vis-à-vis de ravageurs des cultures.

 

Objectifs
  • Etudier la diversité des espèces de fourmis et les rôles qu’elles jouent dans leurs habitats,  perturbés ou non par la présence de l’Homme
  • Utiliser l’observation des fourmis, bio-indicateurs écologiques, pour estimer l’impact des  activités de l’Homme sur la biodiversité et le fonctionnement d’un écosystème