« Alors que les messages nous rappelant de faire attention à notre alimentation se multiplient, peu de choses sont faites pour alerter les consommateurs sur les dangers potentiels de certains aliments industriels. Si mes recherches me permettent d’informer ne serait-ce que quelques personnes sur ce sujet, alors elles auront déjà été utiles. »

Les chercheurs

Sébastien Rivière

Université de Bourgogne
Sciences de la vie et de la terre
Biologie

Le fructose nous mène par le bout du nez

Sébastien RIVIÈRE est jeune chercheur en biologie au CSGA* à Dijon. 

Dans son équipe, les chercheurs étudient la façon dont l’environnement influence l’odorat. Sébastien est plus particulièrement intéressé par l’influence de l’alimentation sur notre capacité à sentir les différentes odeurs. Dans ses recherches, Sébastien se demande comment un régime riche en sucres, tel celui que l’on trouve aujourd’hui dans nos assiettes, peut agir sur notre faculté à percevoir les odeurs qui nous entourent.

Le diabète de type 2 est une maladie qui survient lorsque l’alimentation contient trop de gras et de sucres. Elle induit une hyperglycémie (taux de sucre dans le sang trop élevé) dont les effets peuvent être très graves pour de nombreux organes : les yeux, les reins, le cœur et les vaisseaux sanguins. Le nombre de personnes diabétiques dans le monde est en constante augmentation et pourrait même doubler d’ici à 2025.

Parmi les sucres susceptibles de participer au développement du diabète, le fructose fait  figure de suspect numéro un. Ce sucre est bénéfique en petite quantité mais une alimentation trop riche en fructose peut avoir des conséquences néfastes. Or, on trouve de plus en plus de fructose dans l’alimentation humaine, en particulier dans la pâtisserie industrielle et les sodas, et notre corps n’est pas préparé à y faire face.

De plus en plus d’indices indiquent que l’odorat et l’alimentation sont reliés. En effet, il est possible que notre façon de nous alimenter puisse influencer notre perception des odeurs. Sébastien se demande donc si une alimentation contenant trop de fructose, et donc capable d’induire un diabète, pourrait agir sur notre capacité à sentir. Pour répondre à cette question, il nourrit des souris avec une alimentation riche en fructose. Sébastien étudie alors le comportement de ces souris face à différentes odeurs et compare ensuite les résultats des souris nourries au fructose avec ceux des souris ayant eu une alimentation normale. Il espère ainsi comprendre de quelle façon le fructose perturbe l’odorat.

* Centre des Sciences du Goût et de l’Alimentation

Objectifs
  • Approfondir les connaissances actuelles sur les liens entre l’olfaction et l’alimentation
  • Déterminer si une alimentation trop riche en sucres peut modifier la perception des odeurs et si ces effets sont spécifiques aux individus diabétiques

 

Ateliers

Date de début à l'Experimentarium : avril 2014