« Être économiste et travailler sur la nature, c’est possible ! Je peux imaginer quelles seront les villes de demain qui permettront à l’Homme de vivre en harmonie avec son environnement. »

Les chercheurs

Camille REGNIER

Université de Bourgogne
Economie et gestion

La croissance des villes et l'environnement

Camille REGNIER est jeune chercheuse en économie au laboratoire du CESAER*. 

Une partie des chercheurs de ce laboratoire analyse comment se répartissent les habitations et les entreprises au sein d’une ville ou d’une région. Camille étudie l’impact de la forme des villes et de leur expansion sur la qualité de l’environnement. Elle réfléchit aux formes que les villes pourraient prendre pour respecter l’environnement.

Aujourd’hui, près de 3,5 milliards d’individus, soit plus de la moitié de la population du monde, vivent en ville. La taille de celles-ci ne cesse d’augmenter, entraînant l’urbanisation de terres jusqu’alors agricoles et naturelles. L’agrandissement des villes a des conséquences sur l’environnement : il crée des problèmes de pollution notamment à cause des gaz émis par les voitures et il entraine aussi la disparition d’espèces animales et végétales par la destruction de leur habitat.

Or les villes ont besoin de la nature pour, par exemple, avoir un air de bonne qualité et des réserves d’eau utilisables dans le futur. Les économistes ont alors un rôle à jouer ! Ils peuvent réfléchir à des formes de développement des villes qui pourraient satisfaire les habitants et les entreprises, tout en respectant la nature.

Le rôle de Camille, en tant que jeune économiste, est de chercher quels outils peuvent être utilisés pour aménager les territoires et préserver l’environnement. Est-ce mieux de taxer les constructions qui détruiraient les espaces naturels, de créer des zones naturelles protégées, ou faut-il imaginer encore d’autres solutions ?

Pour répondre à ces questions, Camille utilise des formules mathématiques complexes qui lui permettent de créer des « modèles économiques », sorte de réalité simplifiée des villes actuelles. Camille utilise ces modèles pour tester la relation existante entre la forme des villes et la qualité de l’environnement. Elle pourra ainsi guider les hommes politiques dans les décisions qu’ils doivent prendre pour protéger la nature tout en assurant un développement économique des villes.

* Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux

Objectifs
  • Inventer un modèle de ville simplifiée pour comprendre comment se répartit l’usage du sol entre différentes activités (habitations, entreprises, espaces naturels...).
  • Établir un lien entre les formes des villes et la qualité de l’environnement.
  • Chercher quelles sont les politiques à mettre en place dans la ville pour préserver la nature.
Ateliers

Date de début à l'Experimentarium : avril 2014